• Informatique dans le Second degré

    Le Sgen-CFDT Bretagne continue à porter le dossier

     


    Dans une société qui utilise massivement les outils numériques, le rôle de l'Ecole se transforme. L'Ecole doit apprendre à chercher, trier, critiquer les informations. Les enseignants peuvent aussi trouver grâce au numérique de nouveaux outils leur permettant de varier les dispositifs pédagogiques.


    En avril 2013 le Sgen-CFDT Bretagne, lors de son Congrès a fait de la disponibilité des outils informatiques dans les collèges, lycées, LP une de ses priorités.


    Une interpellation ancienne des autorités compétentes
    Après plusieurs interventions du Sgen-CFDT sur la question au CAEN (Conseil académique de l’Éducation nationale) dès 2013, la situation n'avançait que trop lentement et dans l'opacité.


    Le temps de l'action
    Une série de conférences de presse a été réalisée en mars 2014. (Les articles sont en ligne ICI)
    Le Sgen-CFDT Bretagne a été reçu en audience le 30 avril au rectorat   (Lire l'article complet ICI)

    Et des résultats

    Le Conseil départemental d'Ille et Vilaine a répondu à notre demande en mettant ce point à l'ordre du jour du CDEN qui s'est tenu le 10 avril 2015.


    Le 25 novembre 2015, une audience auprès du Conseil départemental et la DSDEN des Côtes d'Armor a permis d'entamer un travail commun dans ce département Lire ICI

    Le 26 janvier 2016, le Sgen-CFDT a été reçu par le Conseil départemental et la DSDEN du Finistère. Le Conseil départemental va faire des propositions visant à améliorer les débits internet de nombre de collège Lire ICI

    Nous sommes toujours en attente d'une proposition de rencontre du Conseil départemental du Morbihan.

  •  PPCR: du mieux sur nos fiches de paie!

     

    Un stagiaire débute aujourd’hui à l’indice 349 soit un salaire net (hors primes) de 1300 € environ.

    En septembre 2017, il débutera à l’indice 383 soit un salaire net de 1440 €. En janvier 2018, tout  stagiaire débutera à l’indice 390.

    47 points d’indice en plus, c’est 175 € nets de plus par mois !

    Un certifié, un PLP, un CPE ou un professeur des écoles en fin de carrière, qui a atteint le dernier échelon de la hors classe, est aujourd’hui bloqué indéfiniment à l’indice 783 soit un salaire hors prime de 2930 €.

    En 2020, il sera rémunéré à l’indice 821 (qui est l’indice sommital actuel de la classe normale des agrégés) et percevra 3070 € soit 140 € nets de plus !

    Mais PPCR c’est aussi la création DÈS 2017 d’un GRAF (Grade à Accès Fonctionnel) qui sera accessible à tout personnel qui aura exercé 8 ans certaines fonctions (chef de travaux, direction d’école, exercice en REP / REP+ ou politique de la ville, ...). Ce grade disposera d’un échelon terminal à l’indice 972 soit un salaire de 3650 €.

    Par rapport à un personnel hors classe le gain est de plus de 700 € par mois !

    Pour une carrière complète le gain en pension est de plus de 500 € mensuels !

    Parce que la CFDT s’est engagée,

    Parce que la CFDT a considéré que 140 € d’augmentation par mois ce n’était pas RIEN,

    Le dispositif PPCR se met en œuvre progressivement jusqu'en 2020.

    PPCR, c'est aussi un rendez-vous annuel avec le ministère de la fonction publique de négociation sur la valeur du point d'indice : la CFDT continue à en revendiquer la revalorisation.

    Il y a ceux qui refusent toujours tout car ce n’est jamais assez et qui au final n’obtiennent jamais rien, et d’autres qui bataillent pour améliorer pas à pas la situation des agents.

  • L'accord Microsoft-Education nationale devant le tribunal

    Jeudi 14 septembre 2016, le tribunal de grande instance de Paris a décidé qu'il n'y avait pas urgence à suspendre l'accord signé en novembre 2015 entre le ministère de l'Éducation Nationale et Microsoft. Le collectif Edunathon va décider s'il poursuit son action sur le fond.

    Cet accord, portant sur des logiciels et des services fournis par Microsoft d’un montant de 13 millions d’euros, est dénoncé par le collectif EduNathon, qui y voit un marché public dissimulé. Les entreprises de ce collectif auraient pu répondre à un appel d’offre du ministère, s’il y en avait eu un.

    Le Sgen-CFDT, qui est signataire de l’appel pour l’utilisation de formats ouverts dans l’Éducation, et qui a dénoncé la signature de cet accord en décembre dernier regrette la décision du tribunal, qui maintient Microsoft dans une position dominante en lui permettant de s’installer dans les écoles, les collèges et lycées.

    Dans la résolution votée lors de son congrès en mai 2016, le Sgen-CFDT affirme que «la transition numérique doit s’appuyer sur le monde du logiciel libre pour ses vertus d’apprentissage et pour éviter les dérives commerciales. »
    L’accord entre Microsoft et le Ministère de l’Éducation Nationale va exactement dans la direction opposée à ce qu’il conviendrait de faire :

    Lire la suite sur notre site national

Premier Bilan de rentrée dans le 35

Comité Technique Spécial Départemental 35

29 septembre 2016

 

Déclaration préalable du Sgen-CFDT

 

Monsieur le Directeur Académique, mesdames et messieurs les Représentants,

 

L'ordre du jour de ce CTSD est un premier bilan de la rentrée 2016 dans le 2nd degré. Nous tenons tout d’abord à remercier les services pour la qualité et l’ampleur des informations fournies.

Les documents montrent l’importante poussée démographique que connaît notre département et qui était annoncée : conséquente dans les lycées professionnels avec 118 élèves de plus, soit 27 de plus que le chiffre prévu, importante dans les collèges avec une augmentation de 237 élèves, même si elle est moins importante que prévue, le prévisionnel étant de 373 élèves ; très importante dans les lycées avec 502 élèves supplémentaires (soit 50 de moins que le chiffre prévu). Face à cet afflux, il était effectivement nécessaire de transformer des heures supplémentaires en heures postes et d’abonder la dotation ce qui a été fait. Pourtant il est des catégories où les insuffisances sont criantes : cette augmentation du nombre d’élèves n’a abouti qu’à la création d’un seul ETP en documentation, augmenté d’un demi-poste de stagiaires, le nombre de postes de CPE, à l’exception d’un demi-poste de stagiaire, est exactement le même. Et que dire des moyens médicaux où le seul ajout – deux postes d’infirmière – n’est en fait qu’une transformation de postes non pourvus, ceux des médecins ? Dans le cas des documentalistes, dans l’attente de la réécriture de leur circulaire de mission, la question de la comptabilité de temps de service, en application du décret d’août 2014, n’est toujours pas réglée.

En outre, ces dotations supplémentaires se traduisent très souvent dans la réalité par « des bouts de poste », il suffit pour le constater de parcourir la liste très longue des BMP dont un très grand nombre (plus de 165) sont des BMP de moins de six heures, certains même de 2 heures trente voire 1h30….Pour les personnels qui travaillent sur deux, voire trois établissements, les conditions de travail s’en trouvent souvent dégradées. Pour les établissements, le travail en équipe, le fonctionnement collectif en pâtissent aussi.

Cette rentrée marque la première année de la mise en place de la réforme des collèges et cet émiettement des postes n’est pas de nature, à l’heure où le collectif doit être fort, à la faciliter d’autant que le temps de concertation pour les personnels n’est toujours pas au rendez-vous, la fin d’année et la pré-rentrée étant loin de suffire. Une certaine permanence des équipes serait aussi nécessaire et ce nombre trop important de BMP va à l’encontre de ce besoin de stabilité. Enfin, pour le Sgen-CFDT, il aurait été nécessaire d’abonder la dotation des IMP pour répondre aux besoins de coordination qu’implique le travail en équipe.

Dans un contexte de crise, la baisse drastique des fonds sociaux est de nature inquiétante et ne permet plus de venir en aide correctement aux familles en difficulté. Par ailleurs, si le chiffre global de sorties de la carte scolaire semble faible, 6%, il recouvre d’importantes disparités avec des établissements qui concentrent les demandes (les Hautes Ourmes, La Binquenais, Rosa Parks, les Gayeulles). Il serait intéressant de comparer les chiffres sur plusieurs années pour voir si l'on constate une évolution et pour savoir si c’est une tendance stable ou si elle s’accentue. Tant que les dérogations à la carte scolaire sont aussi faciles, comment atteindre l’objectif de la mixité sociale ? Nous finirons d’ailleurs par le constat qu’au collège de Surcouf justement avec 8 entrées pour 10 sorties la carte scolaire en 2015 n’était pas contournée….

Merci de votre attention.

 

ImprimerE-mail